Espace adhérents

Actualités

  • « Circular Packaging Vision 2030 » : Cap vers des boucles fermées d’économie circulaire d’ici 2030

    Publié le 22 février 2021

    BRF et l’UNESDA, représentants des fabricants de BRSA, s’engagent pour que leurs emballages soient intégrés à l’économie circulaire à horizon 2030 par :

    • Une collecte de 90% de tous les emballages ;
    • Des bouteilles en PET fabriquées à partir de matières 100% recyclées et/ou renouvelables ;
    • Des emballages à empreinte réduite et l’utilisation accrue des produits réemployables.

    Paris, 22 Février 2021 : UNESDA Soft Drinks Europe et BRF affirment que la totalité des emballages[1]de boissons rafraîchissantes sans alcool de l’Union européenne[2]sera intégrée à l’économie circulaire d’ici 2030.

    Lançant aujourd’hui sa Vision pour les Emballages Circulaires 2030 (Circular Packaging Vision 2030), les fabricants s’engagent à ce que d’ici 2025, 100% de ses emballages soient recyclables et que ses bouteilles PET contiennent 50% de matières recyclées. Son ambition est qu’en 2030, ses bouteilles PET soient composées de 100% de matières recyclées et/ou renouvelables, si les conditions techniques et économiques le permettent.Elle s’engage également à collecter plus de 90 % de ses emballages et à utiliser davantage d’emballages réemployables. Ces actions contribuent directement à la transition de l’U.E vers une économie circulaire, et va même au-delà des objectifs fixés par la législation européenne.

    « Notre objectif est que les emballages de boissons rafraîchissantes sans alcool s’inscrivent dans une boucle fermée d’économie circulaire, et qu’ils soient reconnus comme une partie intégrante de celle-ci : ils ont de la valeur en tant qu’ils sont recyclables, collectés et utilisés comme contenu recyclé », a déclaré Matthieu PASQUIO, Directeur général de Boissons Rafraîchissantes de France (BRF). « Nous pensons que l’emballage est une ressource qui ne devrait jamais être gaspillée et nous prenons de nombreuses mesures pour parvenir à une circularité totale et soutenir le programme de la Commission européenne visant à accélérer la transition vers une économie verte ».

    Un emballage circulaire est conçu à partir de matières recyclées, il est recyclable et possiblement réemployable ; il fait donc partie d’une économie circulaire où la gestion des déchets et les infrastructures de recyclage lui permettent d’être collecté, recyclé et réemployé à grande échelle.

    Les membres de l’UNESDA et de BRF concrétiseront leur vision qui s’appuiera sur trois piliers de circularité :

    Collecter : parvenir à une collecte en boucle fermée des emballages de boissons soutenant :

    • La création de systèmes de collecte et de recyclage des emballages de boissons en boucle fermée afin d’atteindre rapidement l’objectif de collecte d’au moins 90% de tous ses emballages d’ici 2030[3];
    • L’introduction plus large de systèmes de consigne adaptés au PET, canettes en aluminium et autres matériaux (selon la situation locale) lorsque le taux de collecte à 90% ne peut pas être atteint par les systèmes existants.

    Recycler : utiliser des emballages exclusivement conçus pour l’économie circulaire et favoriser l’utilisation du rPET dans les emballages de boissons destinés à la livraison :

    • D’ici 2025:
      • Les emballages de boissons (plastique, métal, verre) seront recyclables à 100% ;
      • Toutes les bouteilles de boissons non alcoolisées en PET contiendront au moins 50 % de PET recyclé en moyenne ;
    • D’ici 2030 : L’objectif est que les bouteilles en PET soient fabriquées à partir de matières 100 % recyclées et/ou réutilisables, dans la mesure des possibilités techniques et économiques – ce qui permettrait de se détourner des ressources de combustibles fossiles.

    Réduire et réutiliser : réduire l’empreinte des emballages du secteur et augmenter le taux d’emballages réutilisables :

    • Avoir pour objectif de recourir à davantage d’emballages réutilisables d’ici 2030 par rapport à 2020[4]
    • Étudier les meilleurs moyens environnementaux et économiques pour accroître l’utilisation des modèles de réemploi.

    L’innovation est au cœur de la circularité et le secteur continuera à investir dans les technologies de recyclage – y compris le recyclage amélioré -– pour développer leur efficacité et leur rentabilité. En combinant le PET recyclé mécaniquement, le PET recyclé amélioré et le PET renouvelable, il est possible de réduire l’empreinte carbone des emballages tout en garantissant leur sûreté et leur durabilité.

    L’industrie européenne des boissons rafraîchissantes soutient pleinement l’ambition de l’UE de faire de l’Europe le premier continent à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et de construire une économie circulaire européenne.

    Pour concrétiser sa vision, le secteur aura besoin du soutien des autorités européennes, notamment :

    • Des perspectives à long terme, une visibilité juridique ainsi que la protection du marché unique de l’U.E
    • Un marché des matières premières transformées fonctionnel et optimisé, qui donne au secteur des boissons non alcoolisées un accès prioritaire à un rPET de qualité suffisante pour lui permettre de remplir ses obligations au titre du droit communautaire, sans compromettre le respect des normes de sécurité sanitaire tout en évitant le downcycling.
    • Une augmentation des investissements dans le secteur de la gestion des déchets et des infrastructures de recyclage
    • Un cadre règlementaire européen clair, encourageant le développement de technologies en matière de recyclage
    • Des exigences minimales de l’U.E concernant les nouveaux systèmes de consigne en Europe
    • Des définitions claires de la recyclabilité qui favorisent l’innovation et l’investissement

    « Notre vision pour des Emballages Circulaires 2030 démontre que les producteurs de BRSA veulent continuer de faire partie de la solution », conclue Matthieu PASQUIO, « La circularité fonctionne, et nous sommes prêts à faire des investissements à long terme pour soutenir et accompagner la transition, afin de s’assurer qu’aucun de nos emballages ne finisse en déchet »

    À propos de l’UNESDA
    UNESDA Soft Drinks Europe est l’association professionnelle qui représente le secteur des boissons non alcoolisées. Basée à Bruxelles, l’UNESDA compte 23 associations nationales dans toute l’Europe ainsi que 9 entreprises membres.  Les membres de l’UNESDA sont impliqués dans la production et/ou la distribution d’une grande variété de boissons non alcoolisées, notamment les boissons plates, les boissons gazeuses, les boissons aux fruits, les boissons énergétiques, les thés glacés et les boissons pour sportifs.

    À propos de BRF
    Boissons Rafraîchissantes de Franceest un syndicat professionnel créé en 1963, qui regroupe les acteurs principaux de la catégorie des Boissons rafraîchissantes sans alcool (BRSA : colas ; boissons aux fruits plates ou gazeuses ; limonades, lime, tonics ; boissons à base de thé – extraits ou infusion ; eaux aromatisées) opérant sur le territoire national. Sa vocation est de promouvoir l’image de ces boissons, de défendre l’intérêt des entreprises du secteur, et d’assurer la promotion de leurs actions en faveur de la nutrition, de la communication responsable ainsi que de leurs démarches écoresponsables.

    Contact presse :

    Matthieu PASQUIO, Directeur général de BRF

    06 16 63 45 31 – matthieu.pasquio@boissons-rafraichissantes.fr


    [1]Les emballages primaires correspondent aux contenants de boissons (par exemple, les bouteilles en PET), aux bouchons et aux étiquettes. Les emballages secondaires en plastique correspondent aux éléments destinés à protéger le produit, mais aussi les emballages primaires, qui sont souvent les plus visibles pour le consommateur dans les présentoirs de vente au détail.  Les exemples les plus courants d’emballages secondaires sont les cartons, les boîtes en carton et les caisses en carton/plastique.

    [2]EU + Norvège, Suisse et Royaume-Uni

    [3]Dans la législation européenne, seules les bouteilles en PET ont un objectif de collecte de 90 % pour le recyclage. L’aluminium (comme matériau général, pas uniquement les canettes) a un objectif de recyclage de 60% d’ici fin 2030 et le verre (comme matériau général, pas seulement les bouteilles) a un objectif de recyclage de 75% d’ici fin 2030

    [4]Part actuelle pour chaque emballage au niveau de l’UE : PET : 68% – 64% non réutilisables, 4% réutilisables ; Verre : 7% – 3% non réutilisables, 4% réutilisables ; Aluminium : 17%, non réutilisables